Esthetique-A est un cabinet medical qui se  spécialise dans le "bien vieillir" en associant la medecine esthétique et la micro-nutrition.

Ma  conception de la médecine morphologique et anti-âge
  
La peau n’est pas la seule interface soumise à l’agression extérieure. Après le poumon, l'organe le plus négligé, est le tube digestif. C’est aussi à partir de ce dernier que nous fabriquons notre immunité.

Les aliments que nous ingérons sont nos premiers "médicaments" car ils participent à l'élaboration de la matrice de nos organes.

Avoir une alimentation riche en fruits et légumes, poissons gras, viandes blanches (cuits à la vapeur), une activité physique régulière, une hydratation convenable, contribuent à un bon viellissement. 

Mais cela n’est souvent pas suffisant.

En effet, la flore intestinale peut être modifiée, la membrane de notre tube digestif peut laisser passer certaines molécules dans le sang, le foie peut être saturé par de nombreuses substances avec des répercussions sur notre humeur notre peau voire notre santé en général.

Tous ces mécanismes, sont maintenant bien connus, et nous avons les outils (nutriments) qui permettent de prévenir ces perturbations.

Il est donc important de connaître ces "dérèglements" afin de limiter la formation de radicaux libres, qui peuvent être à l'origine de pathologies cardio-vasculaires, immunitaires, cancéreuses , cutanées etc. 

Prendre conscience de ces processus, adapter son alimentation en conséquence et faire des bilans micro-nutritionels, c’est faire de l’anti-âge.

Pour moi, faire de l'anti-âge correspond à prendre en compte tous les facteurs tant physiques que chimiques qui perturbent le bon fonctionnement de ces organes et à proposer une prévention de manière à éviter le risque d'une pathologie plus conséquente. 

La peau est naturellement la zone la plus visible et les progrès de la médecine permettent d'atténuer les effets de ces agressions. 
Pour les autres organes moins visibles nous avons, grâce à la biologie, fait de nombreux progrès dans la prise en charge de leurs "dérèglements".

Dr Alain Nzong